Hachis parmentier au boudin noir

Le boudin noir à la maison tout le monde aime ça. Alors, quand un dimanche la température est passée en dessous de zéro, j’ai décidé de faire pour le déjeuner un plat réconfortant.  

 

Mon idée était initialement de cuisiner le boudin avec des pommes fruits mais les filles ne sont bizarrement pas très fans des pommes chaudes. Va comprendre…

 

Du coup j’ai pris le parti de faire un parmentier de boudin noir et, pour le rendre un peu plus présentable, je l’ai monté dans des bocaux. En plus de l’aspect esthétique les bocaux (dont il faut absolument enlever les caoutchoucs) permettent qu’à la cuisson les arômes se mélangent encore mieux que dans un grand plat.

 

Tout le monde s’est régalé et les gourmandes ont pratiquement fini leur bocal  ce qui honnêtement m’a impressionnée. 

 

Une version de plus de hachis parmentier qui sort un peu de l’ordinaire.

 

Hachis_boudin2

Pour 4 grands appétits

 

500 grammes de boudin noir

1 kilogramme de pommes de terre à purée

2 échalotes

lait de riz

margarine

 

PREPARATION

 

Préchauffer le four à 210 °C. 

 

Eplucher et mettre à cuire les pommes de terre dans une casserole. Quand elles sont cuites les écraser au presse purée ou à la fourchette. Ajuster la purée jusqu’à la consistance voulue à l’aide de la margarine, du sel et du poivre, et éventuellement du lait de riz.

 

Eplucher et détailler finement les échalotes.

 

Ouvrir les boudins, récupérer la chair et la mettre dans une poêle chaude avec les échalotes. Faire revenir ce mélange jusqu’à coloration légère.

 

Dans chaque bocal mettre le mélange boudin noir/échalotes puis recouvrir de purée de pommes de terre.

 

Enfourner pour 30 minutes environ.

 

Laisser refroidir 5 minutes hors du four avant de servir car c’est bouillant !

 

Crumble poulet

Après 4 jours un peu éprouvant nous sommes arrivés à Saint Vaast où cet été je pose mes valises pour 3 semaines environ… A moi les transats dans le jardin, les baignades dans de l’eau plus que fraiche (18 ° max), mais surtout un peu de temps pour vous faire partager mes recettes.

Voici la première, une salée pour changer après cet avalanche de gâteaux (qui va reprendre très vite car étant en vacances en famille je gâte allègrment mes gourmands!). Une que j’ai donc goûtée et qui honnêtement m’a vraiment emballée : le crumble au poulet !

 

Bon les crumbles salés ce n’est pas révolutionnaire mais c’est toujours bon. Avant je mettais du beurre bien sur, et surtout un peu de parmesan. Aujourd’hui j’ai testé un mélange flocons d’avoine pour le croquant, huile d’olive pour la matière grasse et moutarde forte pour le parfum !! Un régal. A mon avis avec de la moutarde aromatisée ou à l’ancienne on doit pouvoir varier les plaisirs. 

 

Comme je suis moi aussi en vacances j’ai fait la flemmarde et je n’ai pas fait ma ratatouille : j’ai filé chez Gosselin (mon unique lieu de perdition à Saint Vaast mais il est vaste) et j’ai acheté un pot de ratatouille maison et un pot d’aubergines cuisinées à la sauce tomate. Au final 5 minutes de préparation pour un plat équilibré et délicieux qui a enchanté toute la tribu. Vive les vacances !!

 

On peut bien entendu utiliser cet appareil à crumble avec autre chose que du poulet et des légumes : en version tout légumes ou alors poisson/légumes.

Crumble_pouletCrumble_poulet4

 

Pour 6 personnes

 

4 blancs de poulet

600 grammes de ratatouille

300 grammes d’aubergines à la tomate

120 grammes de farine de blé

80 grammes de flocons d’avoine

50 millilitres d’huile d’olive

1 cuillère à soupe de moutarde forte

 

PREPARATION : 

 

Préchauffer le four à 210 °C.

 

Couper les blancs de poulet en petits dés et les faire revenir doucement dans une poêle légèrement huilée.

 

Quand les dés de poulets sont cuits les mélanger avec les légumes et mettre ce mélange dans le fond d’un plat à gratin.

 

Dans un saladier, mélanger les flocons d’avoine, la farine, la moutarde et l’huile d’olive.

 

Mélanger du bout des doigts pour obtenir un mélange sablonneux.

 

Répartir cet appareil à crumble dans le plat à gratin et enfourner pour 30 minutes environ. La croute doit être bien dorée.

 

 

 

Hachis boeuf-carottes-pommes de terre

L’une de mes spécialités est le hachis parmentier. Ce que j’aime particulièrement c’est qu’on peut le faire sous plein de formes différentes (grand plat familial, petit plat individuel ou même verrines pour frimer les grands soirs…) et que les associations sont très diverses. Ma frangine est fan de mon hachis parmentier et me le demande systématiquement dès qu’on se voit (voila comment nous en avons mangé par 33° dehors !!). Moi c’est son rougail saucisse que je vous présenterai surement un jour, car c’est aussi un des délice de Maude.

 

Lors de mon virage culinaire il a fallu que je modifie ma recette de base : adieu demi plaquette de beurre salé dans la purée, généreuses cuillères de crème fermière et couche gratijeudi 1 avril 2010

 

L’une de mes spécialités est le hachis parmentier. Ce que j’aime particulièrement c’est qu’on peut le faire sous plein de formes différentes (grand plat familial, petit plat individuel ou même verrines pour frimer les grands soirs…) et que les associations sont très diverses. Ma frangine est fan de mon hachis parmentier et me le demande systématiquement dès qu’on se voit (voila comment nous en avons mangé par 33° dehors !!). Moi c’est son rougail saucisse que je vous présenterai surement un jour, car c’est aussi un des délice de Maude.

 

Lors de mon virage culinaire il a fallu que je modifie ma recette de base : adieu demi plaquette de beurre salé dans la purée, généreuses cuillères de crème fermière et couche gratinée d’emmental ! 

 

Je vous livre aujourd’hui la version carottes qui rendent aimable, boeuf haché et les éternelles pomme de terre qu’adorent Louise et Maude, que je fais actuellement pour profiter des petites carottes qui me sont livrées chaque vendredi dans mon panier de légumes (plus d’infos ici).

 

Mon secret c’est le mélange purée d’amande-levure maltée que je met dessus à la fin de la cuisson et qui a le bon goût du fromage fondu, les fils en moins…

 

Maude qui a un panier repas le midi a mangé à elle seule en 3 repas la moitié du plat !

 

Pour un grand plat (6 à 8 personnes)

2 kilo de pommes de terre amandine

1 kilo de carottes fanes

750 grammes de boeuf haché 

2 oignons doux

2 cuillères à soupe d’huile d’olive

3 cuillères à soupe de purée d’amandes levure maltée

sel, poivre, noix de muscade

 

PREPARATION

 

Eplucher les carottes et les pommes de terre puis les faire cuire dans une grande quantité d’eau légèrement salée jusqu’à ce qu’elles soient parfaitement cuites. 

 

Faire une purée en utilisant un moulin à légumes avec la grille à gros trous.

Ajouter à la purée l’huile d’olive, 2 belles cuillères à soupe de purée d’amandes, puis assaisonner en mettant également la noix de muscade.

 

Préchauffer le four à 210°C.

 

Couper les oignons en petits dés puis les faire blondir dans une poêle légèrement huilée.

 

Ajouter la viande aux oignons et la saisir 5 minutes.

 

Monter ensuite le hachis dans le plat de service en commençant par mettre la viande puis la purée. 

 

Enfourner le plat 40 minutes. 

 

Mélanger dans un bol la purée d’amande restante et de la levure maltée pour obtenir un «crumble». 

 

Déposer ce «crumble» sur le hachis à l’issue des 40 minutes de cuisson et laisser colorer dans le four pendant encore 10 minutes environ. 

 

Servir chaud accompagné d’une salade verte.