Velouté au potimarron

S’il y a quelque chose qui rime avec rentrée des classes pour moi c’est le retour des courges sous toutes leurs formes. Nous adorons tous ces légumes qui occupent une part importante dans nos assiettes pendant tout l’automne et l’hiver.

Alors avec les filles quand nous avons vu chez le maraicher de Quettehou (le même qui vend des fruits à confiture à des prix défiant toute concurrence) les premiers potimarrons c’est le cri du ventre qui est sorti : oh chic maman va nous faire de la soupe…

L’avantage indéniable du potimarron par rapport aux autres courges c’est que la peau se mange. Il suffit donc de bien le laver, d’enlever les graines et hop dans la casserole.

Le potimarron se marie très bien avec l’ail ou pour un résultat plus doux avec de l’échalote et de la coriandre…

Veloute_potimmarron

Ingrédients : pour 4 personnes

un potimarron

2 echalotte

un sachet de bouillon de volaille ARIAKE

coriandre fraiche, sel, poivre

PREPARATION :

Laver soigneusement le potimarron et le couper en deux.

Enlever les pépins et débiter le potimarron en dés de taille équivalente.

Eplucher l’échalotte en la couper en morceaux.

Mettre le potimarron, l’échalotte, et le sachet de bouillon dans une casserole et couvrir d’eau froide.

Laisser mijoter à feu moyen pendant 40 minutes environ.

Quand le potimarron est bien cuit (le couteau doit transpercer la peau sans effort) mixer finement pour obtenir un velouté.

Saler, poivrer et parsemer de feuilles de coriandre fraiche.

 

Soupe glacée au concombre

Il est des étés ou il fait chaud et même en Normandie !! Dans ce cas là je n’ai plus très envie de manger chaud et je cherche des idées de repas froid. Parmi les grands classiques il y a les gaspacho que nous adorons tous et les salades en tout genre.

 

Hier j’ai fait une salade de concombre qui a eu un tel succès auprès de Maude (et ce n’est pas si fréquent car les concombres se sont des légumes et en plus ils sont verts !!) que j’ai décidé de garder la recette telle quelle.

 

Pour changer je l’ai juste passée au blender (ou plutôt au mixer plongeant ici) et je l’ai servi en accompagnement de viande froide. Un grand succès pour cette recette extrêmement simple mais très parfumée.

Soupe_concombre5

Pour 4 personnes

1 concombre

10 feuilles de menthe fraiche

2 cuillères à soupe de crème de coco

1 cuillère à soupe de vinaigre balsamique

sel, poivre

 

PREPARATION : 

 

Mixer finement le concombre découpé en tronçon et les feuilles de menthe.

 

Ajouter la crème de coco, le vinaigre et bien mélanger.

 

Assaisonner selon votre goût.

 

Servir bien frais.

 

 

Rouleaux de printemps

Lundi dernier j’ai assisté à un nouveau cours de cuisine santé avec Marie et Juliette. Au programme : huiles essentielles et rouleaux de printemps.

 

Or, nous adorons tous les rouleaux de printemps c’est pourquoi je me suis précipitée… Et bien m’en a prise car j’ai compris pourquoi j’avais totalement le premier (et seul !!) essai que j’avais fait à la maison.

 

L’avantage de ces rouleaux c’est qu’ils sont très sains et que l’on peut vraiment les faire à son goût : il suffit de préparer (et c’est de loin le plus long) toutes les petites garnitures dans des bols, puis, chacun (et même les enfants avec un tout petit peu d’aide) peut se confectionner son propre rouleau.

 

L’important est que chaque rouleau contienne des vermicelles de riz, des légumes, une protéine animale ou végétale, et bien sur des herbes aromatiques car sinon dixit Marie c’est un peu fade ! Tous ces ingrédients sont enroulés dans une feuille de riz qui bien que fine est néanmoins très résistante. On peut les servir avec une sauce maison ce qui ne gâche rien qui doit elle aussi être très parfumé ou à défaut utiliser les sauces vendues dans les épiceries asiatiques (pour les adresses à Montpellier c’est ici).

 

Je vous présente aujourd’hui ma version préférée des trois que nous avons réalisées en cours : les rouleaux de printemps au poulet mariné au miel au citron et parfumé à l’huile essentielle de coriandre.

Rouleaus_de_printemps

 

Pour 10 rouleaux de printemps

100 g de vermicelles fins de riz séchés

10 galettes de riz de 22 cm de diamètre

1 petit coeur de laitue

1 carotte

200 grammes de germes de soja

feuilles de menthe et de coriandre

cacahuètes hachées

2 blancs de poulet

2 cuillères à soupe de miel

3 cuillères à soupe de jus de citron

2 gouttes d’huile essentielle de coriandre

2 cuillères à soupe de sauce de poisson (nuoc mam)

2 cuillères à soupe de sauce au piment doux

 

PREPARATION : 

 

Préparation des garnitures

 

Détailler le poulet en fines lamelles et le faire revenir dans une poêle huilée à feu moyen.

 

Mélanger le miel, 2 cuillères à soupe de jus de citron et l’huile essentielle de coriandre pour obtenir une marinade.

 

Mettre les lamelles de poulet cuites à mariner pendant la préparation des autres garnitures.

 

Laver et ciseler le coeur de laitue.

 

Eplucher et râper les carottes.

 

Rincer les germes de soja.

 

Couvrir les vermicelles d’eau bouillante et laisser reposer 5 minutes. Les rincer et les conserver dans de l’eau froide.

 

Montage des rouleaux

 

Faire ramollir une galette de riz dans de l’eau tiède puis quand elle est devenue souple et translucide l’étaler sur un torchon propre.

 

Garnir la galette avec les garnitures (vermicelles, salade, soja, herbes aromatiques, poulet, carottes, cacahuètes) en partant de 5 centimètres du haut et en les superposant tout en laissant environ 3 centimètres de libres sur les côtés pour le roulage.

Pour rouler, commencer par rabattre le haut sur les garnitures en serrant légèrement, puis rabattre les deux cotés pour les enfermes et terminant en roulant le rouleau ainsi formé vers le bas.

 

Poser le rouleau terminé sur une assiette et le couvrir de papier absorbant humide. 

 

Faire de même pour les autres rouleaux.

 

Préparation de la sauce.

 

Mélanger la sauce de poisson, 1 cuillères à soupe de jus de citron, de la menthe ciselée et des cacahuètes hachées grossièrement dans un bol.

 

Verser dans des coupelles et servir avec les rouleaux.

 

 

Maki party

Cette semaine je me suis retrouvée en célibataire à Montpellier pendant cinq jours… J’en ai profité pour ne rien cuisiner d’élaboré ce qui explique mon silence radio et un manque cruel de publications de recettes !!! Ceci dit, jeudi j’ai tout de même «donné» un cours de cuisine à deux copines (et une de leurs miss) qui avaient envie d’apprendre à faire des maki. Honnêtement je les ai trouvé beaucoup plus concentrées que lors de nos séances de gym (où nous essayons de nous planquer de notre coach tout en la traitant de jolis noms d’oiseaux dans notre barbe !). Elles ont été parfaites, et nous avons du coup réalisé en 2 heures à peine 120 pièces de maki !! 80 ont été dévorées immédiatement par cinq monstres affamés (!!), et elles ont rapporté les 40 pièces restantes…

 

Les maki quesaco ?? Ce sont des spécialités culinaires japonaise se présentant sous la forme d’un rouleau d’algue séchée (nori) entourant du riz, avec divers condiments à l’intérieur, en particulier du poisson cru. On les mange avec du wasabi et de la sauce de soja. Quand l’algue est à l’extérieur on parle de maki et quand le riz est à l’extérieur on parle de california maki (nous en avons fait juste un rouleau car j’ai failli totalement oublié qu’elles voulaient en faire aussi…je vous en reparlerai à une autre occasion).

 

Une dégustation plus tard elles sont reparties totalement convaincues en affirmant haut et fort que c’était les meilleurs maki qu’elles n’aient jamais mangé.

 

Je vous présente donc les recettes de makis que nous avons faites mais ce n’est que quelques idées parmi l’immensité des possibles. On peut vraiment faire des maki avec plein d’autres choses. Parmi les associations délicieuses que j’ai gouté il y a aussi un crevettes-ananas-menthe-coco, un concombre-brandade de Nîmes, ou encore un maki à la crevette panée…

 

Nous avons utilisé des nattes en bambou (des makisu) que je possédais depuis quelques temps, mais j’ai également étrenné une natte en plastique (directement venue du japon par le biais de cette boutique que j’adore). Cette dernière offre un avantage indéniable d’être recto verso : le côté rugueux pour les maki et le côté lisse pour les california (le riz ne colle pas c’est magique !!).

 

Merci les filles pour ce bon moment et on se refait très vite une soirée maki !

 

MakiMaki2

Pour 120 maki

 

1 kilo de riz                                                

2 verres de vinaigre à sushi

15 feuilles de nori

graine de sésame doré

graine de sésame noir

wasabi (en poudre pour moi)

sauce soja

 

pour les garnitures

2 pavé de saumon

1 grosse boite de thon

2 cuillères à soupe de salad cream

6 tranches de bacon

1 coeur de salade croquante

3 carottes

1 avocat

1 concombre

1 petite barquette de framboises

1 pot de ricotta (exception au régime !!)

quelques cuillères d’anchoiade

quelques cuillères de caviar de tomates

 

PREPARATION : 

 

Rincer le riz à l’eau claire cinq fois environ pour enlever l’excès d’amidon.

 

Faire cuire le riz soit en suivant les indications soit au rice cooker (honnêtement je ne sais plus comment j’ai pu m’en passer…).

 

Pendant que le riz cuit, laver, éplucher puis détailler en lamelle le coeur de salade, le concombre, les carottes. Couper en tranches l’avocat. Rincer les framboises. Mettre chaque légumes/fruits dans un petit récipient.

Mélanger le thon égoutté et les deux cuillères de salade cream.

 

Détailler le bacon en rondelle et le faire cuire dans une poêle chaude sans ajouter de matière grasse. Le réserver.

 

Couper le saumon en tronçon de section d’environ un centimètre d’épaisseur.

 

Quand le riz est cuit le mettre dans un plat et y ajouter les deux verres de vinaigre. Remuer délicatement (sans écraser les grains de riz) pour enrober «chaque grain» de riz de vinaigre.

 

Placer une feuille de nori côté lisse dessous sur une natte en bambou. Le côté le plus long correspondra à la longueur du rouleau.

 

Humidifier ses mains (dans un récipient d’eau) et saisir une boule de riz. La répartir régulièrement sur la feuille de nori SANS ECRASER le riz. Laisser une bande de deux centimètres de libre en eau.

 

Saupoudrer le riz de sésame (au choix ou alors mélangé noir/doré).

 

Ajouter les différentes garnitures dans le tiers inférieur du riz.

 

Le grand moment est arrivé : il faut rouler le tout. L’objectif est de rouler le plus le rouleau en s’aidant de la natte de bambou sans déchirer la feuille de nori. Promis la prochaine fois je vous fais une petite vidéo.

 

Couper au moment de servir les maki en utilisant un couteau humide qui sera rincé régulièrement.

 

Couper un rouleau en tronçon de deux centimètres environ (8 pièces dans un rouleau).

 

Nos créations du jour qui contiennent presque toutes des protéines de lait !! Ni Maude ni Xavier n’étant la j’en ai honteusement profité !

-le très classique saumon-avocat-concombre (à disposer dans cet ordre en partant du bas du riz)

-un classique salade verte-thon-concombre (mettre le thon sur la salade et le concombre derrière)

-une création originale bacon-ricotta framboise (ne pas hésiter sur le bacon il faut en mettre suffisamment et déposer de la ricotta dessus puis finir par une rangée de framboises)

-une autre création originale carottes-concombre-pomme-ricotta-anchoïade (principe identique : les légumes puis surmonter de ricotta et anchoïade)

-un délice : saumon-pomme-ricotta-caviar de tomates séchées

-des innovations selon l’inspiration des participantes :

•    thon-anchoïade-ricotta-carottes

•    saumon-ricotta-framboises

 

Flan aux courgettes et tapenade

Vive le printemps … C’est ma saison préférée : j’adore ce temps très court chez nous où la température est juste comme il faut et où il tombe des giboulées aussi imprévisibles que brèves. C’est aussi ma saison gourmande préférée… Je me languis chaque année de son arrivée : les fraises, les cerises, les courgettes, les asperges, les pommes de terres nouvelles… Bref autant de petits régals après la longue litanie des légumes d’hiver. Et ça y est !! Notre panier contenait vendredi ses premières courgettes, ainsi que des fraises qui aussitôt arrivées ont été dévorées !!! 

 

Du coup ce matin j’ai eu envie de cuisiner mes jolies courgettes. J’en ai fait un délicieux flan qui est aussi bon chaud que froid ! Une recette rapide et surtout une base qui peut se décliner avec plein d’autres choses que des courgettes : des jeunes carottes, des aubergines grillées et pour les non allergiques des mélanges avec du fromage…

 

Nous sommes repartis de Port d’Alon avec de la tapenade artisanale de chez Monsieur Bouscarle (la meilleure que je connaisse, que l’on trouve le dimanche matin sur le marché de Saint Cyr sur Mer) que j’ai du coup utilisée pour parfumer mon flan car je n’avais pas d’herbes fraiches sous la main.

 

Nous nous sommes TOUS régalés (Maude m’en a réclamé pour l’école demain ce qui est un signe de son addiction) avec ce plat tout simple mais très parfumé.

Flan_courgettes2

 

Pour 8 personnes environ

 

5 courgettes

5 oeufs

3 cuillères à soupe d’huile d’olive

2 cuillères à soupe de lait de riz

2 cuillères à soupe de tapenade verte

75 grammes de farine de blé

sel, poivre

 

PREPARATION : 

 

Préchauffer le four à 180 °C.

 

Détailler les courgettes préalablement lavées en fines lamelles avec une mandoline (ou un économe !)

 

Battre les oeufs avec la farine, le lait, l’huile d’olive, et la tapenade. 

 

Assaisonner avec le sel et le poivre.

 

Remplir le moule à cake avec les lamelles de courgettes et verser l’appareil dessus.

 

Faire cuire 50 minutes environ.

Laisser un peu refroidir avant de déguster le flan accompagné d’une salade verte.

 

Bo Bun

Suite de notre dîner asiatique de mercredi : le Bo Bun. Cette salade d’origine vietnamienne existe sous plein de formes. J’ai choisi de faire la version boeuf-nems. On peut aussi mettre des crevettes et remplacer le boeuf par du poulet. L’essentiel est de bien faire mariner la viande pour qu’elle s’imprègne des parfums des épices et notamment de la citronnelle.

 

Ma recette est un peu simplifiée par rapport à la recette traditionnelle, et j’ai comme d’habitude un peu modifié les aliments : j’ai notamment supprimé la sauce d’huitre et le nuoc mam car je ne suis vraiment pas fan de leurs goûts respectifs.

 

C’est une recette très simple à réaliser, le tout étant d’avoir sous la main tous les produits. Avec une jolie présentation c’est un plat qui impressionne toujours alors qu’il ne s’agit en réalité que d’une salade…

 

Ce qui est pratique avec des petits c’est que chacun compose son assiette avec les ingrédients à disposition . Nous avons donc eu un bobun quasi veg pour Louise et un bo bun très viande pour Maude !!

Bobun_2Bobun_4Bobun_7Bobun_8

 

Pour 4 personnes environ

 

400 grammes de boeuf très tendre (tende de tranche pour moi) 

6 nems

quelques feuilles de batavia croquantes

200 grammes de germes de soja

4 carottes

1 concombre

4 nids de vermicelles de riz

sauce à nems

coriandre et menthe fraiche

cacahouète hachée

 

Pour la marinade de la viande

1 oignon

1 gousse d’ail

1 cuillère à café de curry doux

1 bâton de citronnelle fraiche

3 cuillère à soupe de sauce soja (ou tamari)

2 cuillères à soupe de sauce yakitori (sauce sucrée pour marinade)

 

PREPARATION : 

 

Emincer très finement le boeuf en lanières.

 

Préparer la marinade : éplucher l’oignon et l’ail et les hacher, piler la citronnelle coupée en petits tronçons dans la sauce soja, incorporer l’oignon, l’ail, le curry, et la sauce teriyaki.

 

Mettre le boeuf à mariner au réfrigérateur 30 minutes environ.

 

Pendant ce temps préparer les vermicelles : faire bouillir une casserole d’eau, y plonger les nids pendant 5 minutes environ pour qu’ils se défassent, puis rafraichir les vermicelles dans de l’eau fraiche.

 

Laver, éplucher et râper les carottes et le concombre. 

 

Rincer la salade et les germes de soja.

 

Faire chauffer les nems au four.

 

Sur un grand plat disposer les crudités, et mettre les vermicelles.

 

Dans une poêle chaude, saisir le boeuf sans la marinade.

 

Couper les nems en morceaux et les disposer autour des vermicelles.

 

Mettre le boeuf chaud sur les vermicelles, parsemer de cacahouète hachée, et servir aussitôt accompagné de la sauce à nems.