Banana bread

De retour à la civilisation montpelliéraine mais toujours en vacances je me suis lancé dans la confection d’un grand classique des desserts anglais j’ai nommé le banana bread. Moins connu que le classique carrot cake il est très utile pour finir les bananes noircies qui trainent dans la corbeille à fruit et dont plus personne ne veut.

 

D’ailleurs à l’occasion il faudra que Maude m’explique pourquoi une semaine elle adoooooore les bananes (quitte à en manger 10 en 3 jours) et trouve ça absolument immangeable ensuite pendant un mois.

 

Pour ce coup ci j’ai eu de la chance elle n’a pas identifié la banane dans ce cake au demeurant très moelleux et bien parfumé. 

 

Banana_bread

Pour un moule à cake

 

350g de farine

350g de bananes écrasées (3 à 4 bananes)

150g de purée de noisettes

150g de sucre de canne brute

3 œufs

100 ml de lait de riz

1 cc bombée de levure 

1/2 cc de sel

1/2cc d’extrait de vanille liquide

 

PREPARATION :

 

Mettre à préchauffer le four à 180°C .

 

Graisser un moule à cake à l’aide d’un pinceau et d’un filet d’huile neutre.

 

Dans un grand saladier, mélanger la purée de noisettes ainsi que le sucre de canne. La consistance est assez épaisse à cause de la purée de noisettes qui est beaucoup moins molle que du beurre.

 

Ajouter les œufs un à un  et bien mélanger à l’aide d’un fouet entre chaque œuf.

 

Peler puis mixer les bananes, le lait de riz ainsi que que l’extrait de vanille. Ajouter à la pâte.

 

Mélanger la farine, le sel et la levure dans un grand saladier.

 

Ajouter progressivement au mélange précédent la farine en mélangeant bien la pâte au fouet.

 

Verser la pâte dans le moule à cake et le glisser au four pour environ 40 à 50 minutes.

 

Laisser refroidir le Banana bread avant de le démouler.

 

 

 

Gâteau léger

Les vacances de la Toussaint sont synonymes pour moi de feu de bois, et, cette année n’a pas dérogé à la règle. Perdus dans les montagnes en famille nous nous sommes promenés dans les terrasses d’olivier, au bord du sublime lac de Sainte Croix et réchauffés auprès du feu de bois de l’une de nos maisons de famille.  

 

Qui dit gouter dit gros gâteau mais pour ne pas plomber tous les efforts de régime post grossesse c’est encore mieux quand le gros gâteau est léger. 

 

Cette recette rappelle immanquablement le biscuit de Savoie qui peut servir de base de génoise pour faire des encore plus gros gâteaux … Je m’éloigne du sujet… 

 

En tout cas ce gâteau a eu l’un des plus grand succès que j’ai connu auprès de mes filles. D’ailleurs il a tellement plu qu’il a été fini entre le gouter le le diner (léger du coup…)

SavoieSavoie2

Pour un grand moule à manqué 

 

6 œufs entiers
150 g de maïzena
130 g de sucre + 50 g de sucre
1 gousse de vanille
1 pincée de sel.
Sucre glace

 

PREPARATION : 

 

Ouvrir et récupérer les graines de la gousse de vanille, les mélanger avec 130 g de sucre. Tamiser la maïzena.

Dans un cul de poule, à l’aide d’un batteur électrique, fouetter les jaunes d’oeuf  avec le sucre pendant 10 minutes.

Battre ensuite les blancs en neige avec la pincée de sel, et les serrer avec le sucre en poudre restant . Ils doivent former des becs d’oiseaux quand on retire le fouet.

Incorporez ensuite à la maryse 1/5 des blancs dans les jaunes. Ajouter 1/3 de la maïzena, et toujours à la maryse d’un mouvement de bas en haut tout en tournant votre bol mélanger-la soigneusement, rajouter une partie des blancs, incorporer puis à nouveau la maïzena et ceci jusqu’à épuisement des ingrédients. Terminer par les blancs.

Répartir la préparation dans un moule beurré et fariné (ou en silicone). Enfourner 6 min à 220°, four chaud, puis baisser la température à 130° pendant 40 minutes. Le gâteau est cuit quand on plante la lame d’un couteau dedans et qu’elle ressort sèche.

Démouler sur une grille et laissez refroidir. Saupoudrer de sucre glace au moment de servir.

Hachis parmentier au poissons et céleri

Encore un hachis !! Et oui… C’est un grand classique chez nous et cela me permet de planquer des aliments peu appréciés des enfants sans qu’elles s’en rendent compte. Ici du céleri et surtout du poisson !

 

C’est donc une version hivernale du hachis : cabillaud/saumon pour le dessous et pommes de terre/céleri pour la purée. C’est également délicieux avec du haddock et des poireaux ou du saumon et du potiron mais nous en reparlerons…

 

Maude a adoré car elle aime le poisson cela a été un peu plus dur pour Louise alors comme d’habitude elles ont procédé à leurs petits échanges semi clandestins : donne moi ta purée et prends mon poisson…

 

Hachis_saumon_celeri2

Pour un grand plat

200 grammes de dos de cabillaud

200 grammes de pavé de saumon

1 cebette

800 grammes de pommes de terre à purée

1/2 celeri rave

20 centilitre de crème d’amande 

muscade

chapelure

 

PREPARATION

 

Préchauffer le four à 210 °C. 

 

Eplucher et mettre à cuire les pommes de terre  et le celeri dans une casserole. Quand ils sont cuits les écraser au presse purée ou à la fourchette. Ajuster la purée jusqu’à la consistance voulue à l’aide de la crème d’amande, du sel et du poivre, et éventuellement de la muscade.

 

Eplucher et détailler finement la cébette.

 

Détailler le poisson en cube et le mettre dans une poêle chaude avec la cébette. Faire revenir ce mélange jusqu’à coloration légère.

 

Dans un grand plat mettre le mélange de poisson au fond, recouvrir de purée de pommes de terre puis de chapelure de pain

 

Enfourner pour 30 minutes environ. Si la chapelure colore trop recouvrir le plat d’une feuille de papier d’aluminium.

 

Laisser refroidir 5 minutes hors du four avant de servir car c’est bouillant !