Rouleaux de printemps

Lundi dernier j’ai assisté à un nouveau cours de cuisine santé avec Marie et Juliette. Au programme : huiles essentielles et rouleaux de printemps.

 

Or, nous adorons tous les rouleaux de printemps c’est pourquoi je me suis précipitée… Et bien m’en a prise car j’ai compris pourquoi j’avais totalement le premier (et seul !!) essai que j’avais fait à la maison.

 

L’avantage de ces rouleaux c’est qu’ils sont très sains et que l’on peut vraiment les faire à son goût : il suffit de préparer (et c’est de loin le plus long) toutes les petites garnitures dans des bols, puis, chacun (et même les enfants avec un tout petit peu d’aide) peut se confectionner son propre rouleau.

 

L’important est que chaque rouleau contienne des vermicelles de riz, des légumes, une protéine animale ou végétale, et bien sur des herbes aromatiques car sinon dixit Marie c’est un peu fade ! Tous ces ingrédients sont enroulés dans une feuille de riz qui bien que fine est néanmoins très résistante. On peut les servir avec une sauce maison ce qui ne gâche rien qui doit elle aussi être très parfumé ou à défaut utiliser les sauces vendues dans les épiceries asiatiques (pour les adresses à Montpellier c’est ici).

 

Je vous présente aujourd’hui ma version préférée des trois que nous avons réalisées en cours : les rouleaux de printemps au poulet mariné au miel au citron et parfumé à l’huile essentielle de coriandre.

Rouleaus_de_printemps

 

Pour 10 rouleaux de printemps

100 g de vermicelles fins de riz séchés

10 galettes de riz de 22 cm de diamètre

1 petit coeur de laitue

1 carotte

200 grammes de germes de soja

feuilles de menthe et de coriandre

cacahuètes hachées

2 blancs de poulet

2 cuillères à soupe de miel

3 cuillères à soupe de jus de citron

2 gouttes d’huile essentielle de coriandre

2 cuillères à soupe de sauce de poisson (nuoc mam)

2 cuillères à soupe de sauce au piment doux

 

PREPARATION : 

 

Préparation des garnitures

 

Détailler le poulet en fines lamelles et le faire revenir dans une poêle huilée à feu moyen.

 

Mélanger le miel, 2 cuillères à soupe de jus de citron et l’huile essentielle de coriandre pour obtenir une marinade.

 

Mettre les lamelles de poulet cuites à mariner pendant la préparation des autres garnitures.

 

Laver et ciseler le coeur de laitue.

 

Eplucher et râper les carottes.

 

Rincer les germes de soja.

 

Couvrir les vermicelles d’eau bouillante et laisser reposer 5 minutes. Les rincer et les conserver dans de l’eau froide.

 

Montage des rouleaux

 

Faire ramollir une galette de riz dans de l’eau tiède puis quand elle est devenue souple et translucide l’étaler sur un torchon propre.

 

Garnir la galette avec les garnitures (vermicelles, salade, soja, herbes aromatiques, poulet, carottes, cacahuètes) en partant de 5 centimètres du haut et en les superposant tout en laissant environ 3 centimètres de libres sur les côtés pour le roulage.

Pour rouler, commencer par rabattre le haut sur les garnitures en serrant légèrement, puis rabattre les deux cotés pour les enfermes et terminant en roulant le rouleau ainsi formé vers le bas.

 

Poser le rouleau terminé sur une assiette et le couvrir de papier absorbant humide. 

 

Faire de même pour les autres rouleaux.

 

Préparation de la sauce.

 

Mélanger la sauce de poisson, 1 cuillères à soupe de jus de citron, de la menthe ciselée et des cacahuètes hachées grossièrement dans un bol.

 

Verser dans des coupelles et servir avec les rouleaux.

 

 

Brownie aux noix du Brésil

Mercredi c’est pâtisserie (normal me direz vous les raviolis c’est long à faire !!)…

 

Et aujourd’hui j’ai décidé de satisfaire à mes envies de chocolat en testant une recette vue sur un blog de cuisine dont la rédactrice ne mange ni lait (cela me parle) ni gluten (ici). J’ai simplement remplacé la farine de riz par de la farine de blé ce qui n’a rien changé au résultat. J’ai volontairement gardé les noix du Brésil car elles sont pleines de bonnes choses pour la santé (du Sélénium pour ceux que cela intéresse…), et surtout elles ne donnent d’aphtes comme les noix de chez nous … Et pour une fois je n’ai rien changé à la recette. Et grand bien m’en a pris.

 

Le résultat : un brownie maison avec des gros morceaux de noix bien parfumé au chocolat comme je les aime. D’ailleurs je n’ai pas été la seule à me régaler car tout le monde a adhéré y compris Xavier qui normalement déteste les gâteaux au chocolat et aux noix ! Le mien était un tout petit peu cuit, car j’ai oublié de mettre le minuteur ! A refaire donc en variant les plaisirs (noix de macadamia ou encore noix de pécan ou les trois ensembles…)

 

Nous l’avons dégusté au goûter mais en dessert avec une boule de sorbet poire dessus cela doit être aussi délicieux (sans parler de glace vanille maison pour les non allergiques !!).

Brownie5

 

Pour un brownie de 20 cm de côté

 

2 gros oeufs

120 grammes de sucre roux

60 grammes de farine de riz

150 grammes de noix du Brésil

200 grammes de chocolat noir dessert

80 grammes de purée d’amande blanche

40 grammes d’eau

20 grammes d’huile d’olive

 

PREPARATION : 

 

Préchauffer le four à 200°. 

 

Mixer 70 g de noix du Brésil. Concasser grossièrement le reste des noix du Brésil. 

 

Dans le bol du robot, battre les œufs et les sucres jusqu’à ce que le mélange blanchisse. 

 

Ajouter la farine puis la poudre de noix et les noix concassées. Battre doucement afin d’obtenir une pâte homogène. 

 

Réserver au réfrigérateur. 

 

Faire fondre le chocolat au bain-marie.

 

Dans un bol, diluer l’huile d’olive avec la purée d’amande. Ajouter le chocolat fondu puis l’eau. 

 

Sortir le bol du réfrigérateur. Incorporer le mélange chocolat à la préparation et bien mélanger.

 

Mettre dans un moule en silicone du type moule moule à gratin.

 

Cuire 20 minutes environ à 200°. 

 

Laisser refroidir, le dessus du brownie doit former une « peau ».

 

«Tajine» kefta

Après l’american lunch d’hier nous nous sommes régalés ce soir d’un plat typique du Maroc : un tajine. Je dois avouer que j’adore les tajines (il vaut mieux car n’aimant pas le couscous mon choix est un peu limité dans les restaurants de cuisine maghrébine…). Je n’ai pas encore investi dans un vrai plat en terre pour la simple et bonne raison qu’ils ne fonctionnent pas sur ma plaque à induction (grrr).

 

L’un de mes tajines préféré est le tout simple tajine kefta avec les délicieuses boulettes de boeuf et d’agneau haché très parfumées. Quand j’ai vu des boulettes de ce type dans le bac de MrP. j’en ai tout de suite stocké dans mon congélateur. Honnêtement cela aurait été encore meilleur avec des boulettes faites maison j’en suis certaine. L’avantage c’est que la préparation de ce plat m’a prise en tout 10 minutes !

 

Nous avons dégusté ce tajine sans le traditionnel pain (la boulangerie arabe était fermée) que j’ai donc remplacé par de la graine de couscous (hérésie absolue d’après l’une de mes amies qui m’a déjà expliquée à de nombreuses reprises qu’il ne faut absolument pas manger de semoule avec le tajine car sinon elle gonfle dans le ventre… je vous laisse juge) !).

 

Gonflement ou pas nous nous sommes régalés 

 

Tagine_bouletteTagine_boulette5

 

Pour 4 personnes

 

4 oeufs

300 grammes de boulettes de viande

1 gros oignon 

3 courgettes

2 poivrons (couleur au choix)

1 litre de sauce tomate maison

coriandre

 

PREPARATION : 

 

Dans une grande poêle à bords hauts faire revenir à feu moyen l’oignon haché et les poivrons émincés en lamelle (pour ma part j’ai utilisé le mélange trois poivrons de Mr. P.)

 

Quand ils sont presque cuits, ajouter les dés de courgettes.

 

Au bout de 10 minutes de cuison, verser la sauce tomate pour qu’elle recouvre les légumes et la faire chauffer.

 

Quand la sauce est chaude (à la limite de bouillir), disposer les boulettes de viande, baisser le feu et laisser cuire 15 minutes environ. (Si on utilise des boulettes fraiches il fait les faire revenir avant de les mettre dans la sauce et on peut réduire le temps de cuisson).

 

Creuser des puits et casser les oeufs. Couvrir et laisser cinq minutes environ à feu doux pour permettre aux oeufs de cuire.

 

Parsemer de coriandre fraiche avant de servir.

 

Peanuts’ pork

Ce dimanche midi j’avais envie de tester une recette qui trainait depuis longtemps dans mon cahier magique… Le filet mignon enrobé de cacahuètes. Initialement j’avais prévu de le servir avec une poêlée de petits légumes de printemps, mais j’ai tellement trainée ce matin (et pour une fois pas sur une terrasse de café mais dans une piscine et un jacuzzi…)  que j’ai finalement opté pour la version frites au four (pour le plus grand bonheur de Xavier et ses filles…). Du coup mon repas équilibré s’est transformé en an american lunch !! Mais au vu de son succès j’ai décidé de partager ma recette avec vous. 

 

Pour la réaliser, j’ai utilisé un ingrédient qui est apparu dans ma cuisine depuis que nous avons découvert l’allergie de Maude : le beurre de cacahuètes ou peanut butter. Cette mixture est une pâte à tartiner faite à partir d’arachide qui existe en deux versions : crémeuse (creamy) ou avec des morceaux (crunchy). Maude adore ça, elle en mange même des tartines au petit déjeuner ce qui est pour moi une hérésie absolue. Comme elle a été privée de nombreuses choses par son allergie,  nous lui accordons quand même quelques petites faveurs gustatives (et non diététiquement correct s’il est nécessaire de le préciser !) dont ses tartines adorées.

Peanut

 

Pour 4 personnes

600 grammes de filet mignon

200 grammes de cacahuètes

1 oeuf entier                                         

20 centilitre de crème de riz

1 cuillère à soupe de beurre de cacahuètes

2 cuillères à soupe de moutarde douce (type Savora)

 

PREPARATION : 

 

Détailler le filet mignon en médaillon d’un bon centimètre d’épaisseur.

 

Mixer les cacahuètes grossièrement et les mettre dans une assiette creuse.

 

Battre l’oeuf entier dans un bol.

 

Tremper chaque morceau de filet dans l’oeuf battu puis dans les cacahuètes.

 

Faire cuire les médaillons dans une poêle chaude huilée cinq minutes environ sur chaque côté.

 

Dans une casserole, mélanger la crème de riz, le beurre de cacahuètes et la moutarde et faire chauffer doucement pour obtenir une sauce onctueuse.

 

Servir les médaillons de filet mignon nappés de leur sauce.

 

 

Cake griottes pistache

Je vous l’ai déjà avouée : je suis fan des griottes !! Alors quand une cousine me demande un cake sucré pour terminer un déjeuner entre gros bidon je saute sur l’occasion d’utiliser l’un de mes fruits préférés (j’en ai toute l’année dans mon congélateur … merci Monsieur P.).

 

Sur les conseils de Juliette j’ai décidé de tester l’association griottes-pistache qui d’après elle fonctionne parfaitement : cela tombe bien j’ai dans la porte de mon réfrigérateur (une vrai caverne d’Ali baba soit dit en passant) un pot de pâte de pistache achetée chez Gosselin lors de mon dernier passage à Saint Vaast à Noel.

 

La recette n’a aucune subtilité il s’agit d’une recette classique d’appareil à cake dans laquelle j’ai tout simplement remplacé le beurre par de la margarine végétale. De même le lait qui sert à délier un peu la pâte de pistache est du lait de riz.

 

Que dire du résultat : au gout parfait acidulé mais pas trop avec un parfum de pistache présent mais pas trop envahissant (je ne suis pas fan des pistaches) !! En revanche niveau visuel c’est une catastrophe… C’est entièrement de ma faute car comme étais pressée je l’ai mis à four pas assez chaud et du coup toutes les cerises sont tombées au fond et ont commencé par rendre leur jus, et en plus je l’ai démoulé chaud !!  Il va falloir que j’en refasse très vite pour ma tribu car à mon avis Xavier et les filles vont adorer également car ils aiment au moins autant les griottes que moi; et ils sont fous de pistaches !

Cake_pistache5

 

Pour un moule à cake

 

150 grammes de margarine

100 grammes de sucre en poudre

160 grammes de farine de blé

30 grammes de lait de riz

40 grammes de poudre d’amande

1 sachet de levure

3 oeufs entiers     

45 grammes de pâte de pistache

250 grammes de griottes    

 

PREPARATION : 

 

Préchauffer le four à 180°C.

 

Faire chauffer le lait pour qu’il soit tiède. Dans un petit bol, mettre la pâte de pistache. Verser le lait dessus et mélanger.

 

Dans le bol du robot, battre la margarine en pommade puis incorporer le sucre.

 

Verser dans le robot le mélange pistache-lait et bien mélanger.

 

Ajouter les oeufs un à un.

 

Dans un bol mélanger deux cuillères à soupe de farine et les griottes surgelées.

 

Ajouter tout en battant la farine et la levure tamisées puis la poudre d’amande.

 

Ajouter les griottes à l’appareil et mélanger délicatement à la spatule en bois.

 

Verser dans un moule à cake.

 

Enfourner pour 45 minutes environ. Si votre cake dore trop (ce qui est arrivé au mien !! baisser le four à 165°C).

 

Laisser refroidir avant de le démouler et de le découper.

 

Financiers

Dans la série mercredi c’est le jour des enfants… voici un goûter vite préparé et délicieux qui change un peu des habituels gâteaux au chocolat… J’ai nommé le financier. Ce qui est bien c’est d’avoir une recette de base car après on peut y ajouter pleins de choses (des pépites de chocolat -encore !!-, mais aussi de la pistache, des fruits frais, ou même du thé pour une version thé matcha absolument délicieuse. Aujourd’hui c’est financiers tout court car ce n’était pas franchement prévu et honnêtement j’avais un fond de poudre d’amande et une très grosse flemme de refaire des macarons.

 

J’ai donc suivi une recette de Elle à table, que je lis pendant toutes mes vacances, que j’avais découpée et collée dans mon grand cahier d’idées à tester… Elle a le mérite d’être très simple et de ne pas demander des ingrédients très compliqués (si on excepte la purée d’amandes complète !!). Dans cette recette le beurre est remplacé par l’association huile d’olive purée d’amande. J’ai eu franchement des doutes quand j’ai utilisé de l’huile d’olive en pâtisserie pour la première fois, mais si on ne le sait pas et en utilisant une huile d’olive pas trop typée c’est absolument indétectable.

 

Le résultat a été tout à fait à la hauteur de nos attentes, fondant dedans et doré dessus. Un vrai régal. Une recette approuvée par les deux minouchettes qui ont réservé leurs financiers pour leur goûter de demain à l’école. Quand je vous dis que c’est un succès…

Financiers_3

 

Pour 10 financiers

125 grammes de poudre d’amande  

110 grammes de sucre

30 grammes de farine

1 pincée de sel

50 grammes de purée d’amande complète

2 cuillère à soupe d’huile d’olive

2 oeufs entiers    

 

PREPARATION : 

 

Préchauffer le four à 180°C.

 

Dans un saladier, mélanger la poudre d’amande, le sucre, la farine et le sel.

 

Ajouter la purée d’amande et l’huile d’olive, mélanger bien.

 

Ajouter les oeufs et mélanger à nouveau.

 

Verser dans les moules et enfourner 15 minutes environ, jusqu’à ce que les financiers soient dorés.

 

Laisser reposer 2 minutes, démouler et laisser refroidir sur une grille.

 

 

 

Pâtes express aux courgettes, pistou et saumon

Ca y est j’ai retrouvé ma tribu !! Pas totalement car Xavier est aussitôt arrivé aussitôt reparti en Suisse !! Mais il me reste les filles pour reprendre mes bonnes habitudes de cuisine… Il est vrai que c’est vraiment plus dur de cuisiner quotidiennement quand on est seul alors que dès qu’on est deux cela me parait totalement naturel… Bon j’arrête de vous raconter ma vie et on passe à la recette du soir …

 

Voici un plat complet prêt en quinze minutes tout compris qui allie féculent, légumes verts et poisson fumé… Que demander de plus !! Pour cette recette j’utilisais auparavant du pesto qui contient malheureusement du parmesan. Je l’ai donc remplacé par du pistou qui est un mélange d’ail pilé, de basilic et d’huile d’olive..

 

Les filles l’adorent donc j’en use et en abuse, il était donc normal que je vous le présente, même si ce soir je l’ai fait version simplifiée sans une petite sauce crème qui a manquée à Maude («Maman c’est super bon mais il manque la sauce jaune que j’adoooore !!). La sauce jaune en question étant tout simplement de la crème de riz dans laquelle je rajoute un peu de safran.

Penne_saumon

 

Pour  4 personnes

300 grammes de penne 

3 courgettes

1 gousse d’ail

basilic

1 cuillère à soupe d’huile d’olive

200 grammes de saumon fumé

sésame doré

 

PREPARATION : 

 

Faire bouillir une casserole d’eau salée

 

Laver et couper les courgettes en petits dés.

 

Mettre les pâtes à cuire en suivant les indications pour le temps de cuisson.

 

Préparer un pistou en pilant le basilic avec la gousse d’ail hachée et une cuillère à soupe d’huile d’olive.

 

Mettre à revenir les dés de courgettes et, quand ils sont presque cuits, ajouter le pistou.

 

Egoutter les pâtes et les mélanger aux courgettes.

 

Emincer le saumon fumé et le mettre sur les pâtes.

 

Saupoudrer de sésame doré et servir aussitôt.

 

 

Maki party

Cette semaine je me suis retrouvée en célibataire à Montpellier pendant cinq jours… J’en ai profité pour ne rien cuisiner d’élaboré ce qui explique mon silence radio et un manque cruel de publications de recettes !!! Ceci dit, jeudi j’ai tout de même «donné» un cours de cuisine à deux copines (et une de leurs miss) qui avaient envie d’apprendre à faire des maki. Honnêtement je les ai trouvé beaucoup plus concentrées que lors de nos séances de gym (où nous essayons de nous planquer de notre coach tout en la traitant de jolis noms d’oiseaux dans notre barbe !). Elles ont été parfaites, et nous avons du coup réalisé en 2 heures à peine 120 pièces de maki !! 80 ont été dévorées immédiatement par cinq monstres affamés (!!), et elles ont rapporté les 40 pièces restantes…

 

Les maki quesaco ?? Ce sont des spécialités culinaires japonaise se présentant sous la forme d’un rouleau d’algue séchée (nori) entourant du riz, avec divers condiments à l’intérieur, en particulier du poisson cru. On les mange avec du wasabi et de la sauce de soja. Quand l’algue est à l’extérieur on parle de maki et quand le riz est à l’extérieur on parle de california maki (nous en avons fait juste un rouleau car j’ai failli totalement oublié qu’elles voulaient en faire aussi…je vous en reparlerai à une autre occasion).

 

Une dégustation plus tard elles sont reparties totalement convaincues en affirmant haut et fort que c’était les meilleurs maki qu’elles n’aient jamais mangé.

 

Je vous présente donc les recettes de makis que nous avons faites mais ce n’est que quelques idées parmi l’immensité des possibles. On peut vraiment faire des maki avec plein d’autres choses. Parmi les associations délicieuses que j’ai gouté il y a aussi un crevettes-ananas-menthe-coco, un concombre-brandade de Nîmes, ou encore un maki à la crevette panée…

 

Nous avons utilisé des nattes en bambou (des makisu) que je possédais depuis quelques temps, mais j’ai également étrenné une natte en plastique (directement venue du japon par le biais de cette boutique que j’adore). Cette dernière offre un avantage indéniable d’être recto verso : le côté rugueux pour les maki et le côté lisse pour les california (le riz ne colle pas c’est magique !!).

 

Merci les filles pour ce bon moment et on se refait très vite une soirée maki !

 

MakiMaki2

Pour 120 maki

 

1 kilo de riz                                                

2 verres de vinaigre à sushi

15 feuilles de nori

graine de sésame doré

graine de sésame noir

wasabi (en poudre pour moi)

sauce soja

 

pour les garnitures

2 pavé de saumon

1 grosse boite de thon

2 cuillères à soupe de salad cream

6 tranches de bacon

1 coeur de salade croquante

3 carottes

1 avocat

1 concombre

1 petite barquette de framboises

1 pot de ricotta (exception au régime !!)

quelques cuillères d’anchoiade

quelques cuillères de caviar de tomates

 

PREPARATION : 

 

Rincer le riz à l’eau claire cinq fois environ pour enlever l’excès d’amidon.

 

Faire cuire le riz soit en suivant les indications soit au rice cooker (honnêtement je ne sais plus comment j’ai pu m’en passer…).

 

Pendant que le riz cuit, laver, éplucher puis détailler en lamelle le coeur de salade, le concombre, les carottes. Couper en tranches l’avocat. Rincer les framboises. Mettre chaque légumes/fruits dans un petit récipient.

Mélanger le thon égoutté et les deux cuillères de salade cream.

 

Détailler le bacon en rondelle et le faire cuire dans une poêle chaude sans ajouter de matière grasse. Le réserver.

 

Couper le saumon en tronçon de section d’environ un centimètre d’épaisseur.

 

Quand le riz est cuit le mettre dans un plat et y ajouter les deux verres de vinaigre. Remuer délicatement (sans écraser les grains de riz) pour enrober «chaque grain» de riz de vinaigre.

 

Placer une feuille de nori côté lisse dessous sur une natte en bambou. Le côté le plus long correspondra à la longueur du rouleau.

 

Humidifier ses mains (dans un récipient d’eau) et saisir une boule de riz. La répartir régulièrement sur la feuille de nori SANS ECRASER le riz. Laisser une bande de deux centimètres de libre en eau.

 

Saupoudrer le riz de sésame (au choix ou alors mélangé noir/doré).

 

Ajouter les différentes garnitures dans le tiers inférieur du riz.

 

Le grand moment est arrivé : il faut rouler le tout. L’objectif est de rouler le plus le rouleau en s’aidant de la natte de bambou sans déchirer la feuille de nori. Promis la prochaine fois je vous fais une petite vidéo.

 

Couper au moment de servir les maki en utilisant un couteau humide qui sera rincé régulièrement.

 

Couper un rouleau en tronçon de deux centimètres environ (8 pièces dans un rouleau).

 

Nos créations du jour qui contiennent presque toutes des protéines de lait !! Ni Maude ni Xavier n’étant la j’en ai honteusement profité !

-le très classique saumon-avocat-concombre (à disposer dans cet ordre en partant du bas du riz)

-un classique salade verte-thon-concombre (mettre le thon sur la salade et le concombre derrière)

-une création originale bacon-ricotta framboise (ne pas hésiter sur le bacon il faut en mettre suffisamment et déposer de la ricotta dessus puis finir par une rangée de framboises)

-une autre création originale carottes-concombre-pomme-ricotta-anchoïade (principe identique : les légumes puis surmonter de ricotta et anchoïade)

-un délice : saumon-pomme-ricotta-caviar de tomates séchées

-des innovations selon l’inspiration des participantes :

•    thon-anchoïade-ricotta-carottes

•    saumon-ricotta-framboises

 

Pancakes pomme banane

Après le dessert ultrasucré de mercredi en voici un beaucoup plus raisonnable puisqu’il ne contient pas de sucre hormis celui contenu dans les fruits. Ces pancakes trouvent aussi leur place au petit déjeuner où ils permettent de manger des fruits sous une autre forme.

 

C’est une recette de Juliette que j’ai transformé en utilisant uniquement du lait de riz et de la farine de blé et qui ne contient aucun sucre (on peut donc si on le désire en rajouter après lors de la dégustation !!). La base de pancakes peut ensuite être agrémenté des fruits (j’avais des pommes et des bananes d’ou le titre de ma recette). Cela doit aussi être très bon avec d’autres fruits comme de l’ananas, des poires, ou l’été des pèches ou des abricots pas trop mûrs…

 

Je les ai ensuite arrosés d’un filet de sirop d’agave (à mon avis avec du sirop d’érable cela aurait été encore mieux) et très légèrement saupoudré de noix de coco râpée.

 

Cette recette est aussitôt rentrée dans les recettes «quituenttout», et qui vont donc être refaites de nombreuses fois dans notre famille.

Pancake

 

Pour 12 pancakes environ

 

120 grammes de farine de blé

150 millilitres de lait de riz

3 oeufs

1 cuillère à café de levure

3 bananes

1 pomme

 

PREPARATION : 

 

Séparer les blancs des jaunes et monter les blancs en neige.

 

Battre les jaunes avec le lait.

 

Tamiser la farine et la levure puis les ajouter au mélange lait/oeufs.

 

Eplucher et râper une pomme.

 

Eplucher et couper en petits morceaux les bananes.

 

Incorporer les fruits puis les blancs montés au mélange en remuant délicatement.

 

Faire chauffer une poêle huilée sur un feu modéré.

 

Déposer des cuillères de pâte à pancakes dans la poêle.

 

Laisser cuire environ 3 minutes de chaque côté.

 

Accommoder à votre convenance (miel, sucre, sirop d’agave, sirop d’érable, crème fraiche pour les non allergiques, fruits secs, fruits frais, …) et servir tièdes.

 

Meringues chocolat

Mercredi c’est le jour des enfants… Cet après midi mes deux filles ont eu la joie d’être invitées chez des copines mais pas en même temps ce qui m’a permis de passer deux heures en compagnie de Louise. Vu le temps elle m’a immédiatement réclamé de faire de la pâtisserie. Je l’avais inscrite pendant les vacances aux cours de Juliette sur le chocolat et elle avait très envie de refaire sa recette préférée : les meringues surmontées de crème au chocolat.

 

Nous avons donc réalisé toutes les deux (moi je n’ai fait que m’occuper du four, peser les différents ingrédients et guider un peu Louise dans le maniement de la poche à douille) ce dessert gourmand en l’adaptant bien sur pour que Maude et Xavier puissent en profiter. Cela m’a permis de faire ma première crème au beurre sans beurre !!! J’ai simplement remplacé le beurre pommade par de la margarine végétale et le résultat est absolument identique que ce soit en gout ou en tenue… Cela m’offre des nombreuses portes pour des desserts futurs… A suivre.

 

Les meringues de Louise ont eu un grand succès surtout auprès de Maude. Il faut dire que c’est quand même tellement sucré qu’il faut être petit ou alors joueur de jeux de société (Louise en a offert aux coéquipiers de jeu de rôle de son papa présents ce soir là à la maison) pour apprécier vraiment ce dessert !!!

 

Si cela vous tente voici la recette.

Meringues_choco

 

Pour 10 meringues environ

4 blancs d’oeufs

250 grammes de sucre glace 

 

Pour la crème au chocolat : 

2 oeufs

125 grammes de chocolat noir

200 grammes de sucre

125 grammes de margarine végétale

 

PREPARATION : 

 

Meringues

Préchauffer le four à 120 °C.

 

Monter les blancs en neige ferme à l’aide d’un robot.

 

Ajouter la moitié du sucre en continuant à battre.

 

Incorporer doucement à la spatule le reste du sucre glace.

 

Monter le mélange dans une poche à douille avec un embout rond de taille moyenne.

 

Former des meringues de 5 centimètres de diamètre environ sur une plaque de silicone (ou sur une feuille de papier sulfurisé).

 

Enfourner pour une heure environ en laissant le four légèrement ouvert (le le coince avec une cuillère en bois). Les meringues ne doivent pas colorer mais elles doivent être fermes.

 

Laisser refroidir les meringues avant de les décoller délicatement de la feuille.

 

Crème au chocolat.

Mettre les oeufs dans le robot et les battre pour qu’ils deviennent mousseux et blancs.

 

Cuire le sucre à 117 °C (ou petit boulé ce qui signifie que si on fait tomber une goutte de sucre fondu dans de l’eau elle reste sous forme d’une petite boule) puis le verser sur les oeufs en battant vivement. 

 

Battre jusqu’au complet refroidissement.

 

Incorporer la margarine végétale et le chocolat fondu.

 

Laisser tourner le robot 5 minutes pour rendre la crème plus légère.

 

Monter la crème dans une poche à douille avec un embout cannelé.

 

Décorer les meringues froides avec la crème au chocolat en faisant un escargot.

 

Saupoudrer de cacao non sucré pour la décoration éventuellement.