Boulettes de poulet yakitori

Un des seuls aliments consensuels à la maison est le poulet. On en mange très régulièrement (c’est la seule viande que Louise mange sans s’en rendre compte…) et sous toutes les formes. Ce soir c’est sous une nouvelle forme que je l’ai servi : des boulettes tendres qui rappellent un peu celles que j’adore déguster au restaurant japonais quand elles sont bien faites.

 

 

Le résultat a été au dessus de mes espérances et a été fort apprécié (sauf par Louise !!!). C’est donc une recette que je garde et que je partage avec vous. Elle est très simple à réaliser et sa cuisson en deux temps permet de cuire en parallèle un accompagnement (légumes sautés pour nous).

Boulettes_teriyaki4

 

Pour 4 personnes environ

 

4 blancs de poulet

4 échalotes

2 oeufs

2 cuillères à soupe de farine de blé

2 cuillères à soupe de farine de mais (maïzena)

1 tranche de pain de mie grillé

4 centimètres de gingembre

 

Pour la sauce

4 cuillères à soupe de sauce yakitori

2 cuillères à soupe d’eau

1 cuillères à soupe de farine de mais (maïzena)

 

PREPARATION : 

 

Mixer les blancs de poulet, les échalotes, la farine, la maïzena, les oeufs, le pain mixé.

 

Former des boulettes avec les mains humides ou entre deux petites cuillères.

 

Pocher ces boulettes dans une eau bouillante parfumée le gingembre râpé (les pocher au fur et à mesure comme ça hop! pas de boulettes qui se collent entre elles sur une assiette).

 

Sortir les boulettes lorsqu’elles remontent à la surface.

 

Préparer la sauce en mélangeant tous les ingrédient.

 

Faire dorer les boulettes dans une poêle chaude en nappant avec la sauce pour qu’elles caramélisent.

 

Servir avec des légumes et/ou du riz arrosés de la sauce restante.

 

Courge farcie

J’adore les cucurbitacées sous toutes leurs formes !!! Pour ceux qui ne le sauraient pas il s’agit de la famille à laquelle appartiennent les courges : potiron, potimarron, courge muscade, coloquinte, pâtisson, et l’une de préférées la courge butternut.

 

Voici une recette réalisée il y a quelques semaines déjà, au temps où mon panier renfermait chaque semaine des courges différentes. Elle a eu un très grand succès, et je la referai sans hésitation l’année prochaine. En plus visuellement (même si cette photo est atroce !!), ça en jette un peu !

 

L’idée m’est venue de la lecture d’un de mes blog de cuisine favori (ici pour ceux que ça intéressent), mais bien sûr j’ai modifié les ingrédients avec ce que j’avais dans ma cuisine… 

 

Lancez vous car honnêtement ce n’est pas plus compliqué que des farcis classiques mais cela change vraiment. Cherry on the cake ce sont des farcis d’hiver !

Courge_farcie2

 

Pour 4 personnes environ

 

1 courge butterut

100 grammes de chair à saucisse

50 grammes de boeuf haché

6 tomates séchées à l’huile

1 gousse d’ail

1 oignon doux

2 cuillères à soupe de couscous moyen

50 grammes de pignons de pins

1 petite botte de persil plat

 

PREPARATION : 

 

Préchauffer le four à 200 °C.

 

Couper la courge en deux et enlever les graines. A l’aide d’une cuillère parisienne, prélever la chair de la courge pour laisser la place à la farce.

 

Peler l’ail et l’oignon.

 

Dans le bol d’un mixeur, mixer finement l’ail, l’oignon, les tomates séchées, le persil et la chair de la courge.

 

Faire chauffer une poêle à feu vif. Y faire revenir dans un peu d’huile d’olive le hachis de légumes et les viandes pendant 5 minutes. Ajouter le couscous, les pignons et pistaches, ainsi qu’un verre d’eau.

 

Laisser sur le feu encore 5 minutes jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de jus.

 

Remplir les deux moitiés de courges avec la farce. Reconstituer la courge (attention aux débordements !) et l’enfermer dans du papier aluminium.

 

Faire cuire pendant une heure. La chair de la courge va être fondante, le couscous de la farce sera cuit et aura absorbé le jus.

 

Gaufres au lait de coco

Aujourd’hui il pleut donc on passe à une recette réconfortante pour le goûter : les gaufres… J’ai oublié ma recette précise à Montpellier alors je me suis servie de mes souvenirs. Le résultat est tellement bon que je vous livre cette recette improvisée. 

 

Le premier à trouver une recette de gaufres sans lait ni beurre a été le parrain de Maude : un après midi il a voulu lui faire des gaufres, mais il n’avait sous la main que du lait de vache et une brique de lait de coco. Il s’est alors lancé dans une recette cent pour cent lait de coco. Elle était bonne mais un peu trop coco à mon goût (et surtout à celui de Maude qui n’est pas fan de ce lait). 

 

J’ai donc fait des variations avec des mélanges lait d’amande/lait de coco et lait de riz/lait de coco. Honnêtement cela importe peu, et j’utilise maintenant celui que j’ai de déjà ouvert dans le réfrigérateur…

 

Ces gaufres sont beaucoup plus légères que leurs homologues au lait de vaches et peuvent être consommées nature car elles sont déjà très légèrement parfumées… Bien sur des gourmands les aiment aussi au sucre glace, avec du chocolat fondu et des fruits (secs ou frais) ou encore pire à la pâte de spéculoos ou au Chokenut (sorte de Nutella sans beurre dont je vous reparlerait très vite dans la page les produits).

 

Gauffres2

 

Pour 10 gaufres environ

 

200 grammes de farine de blé

1 cuillère à soupe de sucre blond en poudre

1 sachet de levure

2 oeufs

40 centilitre de lait de coco

20 centilitre de lait de riz

 

PREPARATION : 

 

Mettre la farine en puits dans un saladier avec la levure et le sucre.

 

Casser les oeufs entiers et mélanger.

 

Verser le lait de coco et le lait de riz et battre pour obtenir une pâte lisse.

 

Laisser reposer 20 minutes minimum.

 

Faire cuire 4 minutes environ en retournant le gaufrier (une fois après 30 secondes et une fois au bout de 3 minutes) pour obtenir des gaufres bien régulières. 

Déguster avec l’accompagnement de votre choix.

 

Glace pralinée

Il y a quelques semaines j’ai vu sur le site de Valérie Cupillard (une des grandes spécialiste du bio et des recettes sans) une recette de glace au praliné faite sans sorbetière.

 

Je l’ai testée deux fois cette semaine en la réalisant de deux manières différentes et à chaque fois cela a été un succès.

 

Je vous la livre dans la version la plus simple à réaliser. Il faut juste s’y prendre deux heures avant de la déguster.

 

Je compte prochainement faire gouter cette recette à l’aveugle à des cobayes pour leur demander ensuite de quoi elle est composée car à mon avis je risque d’avoir des surprises … A suivre.

 

Une amélioration possible serait d’y ajouter des pépites de chocolat pour lui donner un petit côté croquant.

Glace_pralinee

Pour 4 personnes environ

 

3 bananes mûres

3 cuillères à soupe de purée de noisettes

1 cuillère à soupe de sucre

amandes effilées et copeaux de chocolat

 

PREPARATION : 

 

Mixer les bananes.

 

Ajouter la purée de noisettes et le sucre.

 

Mélanger pour obtenir une mixture homogène.

 

Réfrigérer au congélateur deux heures environ.

 

Au moment de servir, torréfier quelques amandes effilées et râper des copeaux de chocolat.

 

 

 

Crème glacée framboise

Le soleil qui brille sans discontinuer nous donne aux filles et moi des envies de glaces. Or la glace c’est un vrai souci pour des allergiques aux protéines de lait : évidemment toutes les glaces et crèmes glacées sont à bannir mais des lectures attentives des étiquettes nous ont appris que la très grande majorité des sorbets industriels (et même ceux de marque très connues) contiennent également des protéines de lait… Une fois de plus le secret réside dans le home made. J’ai donc investi dans une sorbetière l’été dernier et depuis elle nous régale de desserts glacés quand la température devient trop chaude.

 

A Port d’Alon, il y a aussi une sorbetière, c’est ce qui m’a permis de nous faire un dessert glacé ce midi dans lequel j’ai fini la brique de lait de coco qui me restait ce qui a transformé mon habituel sorbet framboise en une délicieuse crème glacée framboise. Un vrai régal : les filles ne n’ont pas laissé une miette !

 

On peut décliner cette recette avec tous les fruits possibles. L’ajout de banane permet d’avoir une texture plus onctueuse qui est très utile quand il s’agit de fruits rouges.

 

Sorbet_framboise

Pour 4 personnes environ

 

450 grammes de framboises

2 bananes mures

1 cuillère à soupe de sucre

3 cuillères à soupe d’eau

10 centilitres de lait de coco

 

PREPARATION : 

 

Mettre dans une casserole les framboises, l’eau et le sucre et porter à ébullition pendant 5 minutes puis les laisser refroidir totalement.

 

Eplucher et couper les bananes en dés.

 

Filtrer les framboises au chinois pour éviter les pépins.

 

Mixer les framboises, les bananes et le lait de coco.

 

Faire glacer en sorbetière 40 minutes environ.

 

Conserver au congélateur jusqu’au moment de servir.

 

 

 

Salade banane passion fraise

J’ai quitté Montpellier pour une délicieuse maison à Saint Cyr sur Mer pour une dizaine de jours pour les vacances mais ce lieu enchanté est totalement dépourvu de connexion internet rapide… D’où un ralentissement certain dans la publication de mes recettes.

 

En voici quand même une, simplissime, piquée à Diégo et que j’ai bien sûr légèrement transformée (on ne se refait pas !!). Il m’a expliqué comment choisir des fruits de la passion murs à point : il faut que la peau soit foncée (si elle a quelques taches ce n’est pas très grave) et fripée, et que le fruit soit relativement souple. 

 

Cette salade est fraîche et très parfumée et l’association des textures est particulièrement réussie à mon gout. Elle a été saluée par toute ma tribu.

 

Salade_banane_fraise

 

Pour 6 personnes environ

 

6 bananes mures

6 fruits de la passion

une dizaine de fraises

le jus d’un demi citron

50 centilitres de lait de coco

quelques feuilles de menthe fraiche

 

PREPARATION : 

 

Eplucher et couper les bananes en rondelles.

 

Ouvrir en deux et vider les fruits de la passion.

 

Presser le jus d’un demi citron et le mettre sur les fruits.

 

Laver, éplucher et couper les fraises en dés.

 

Verser le lait de coco.

 

Mélanger la salade de fruits.

 

Décorer de menthe ciselée.

 

Conserver au réfrigérateur jusqu’au moment de servir.

 

Bo Bun

Suite de notre dîner asiatique de mercredi : le Bo Bun. Cette salade d’origine vietnamienne existe sous plein de formes. J’ai choisi de faire la version boeuf-nems. On peut aussi mettre des crevettes et remplacer le boeuf par du poulet. L’essentiel est de bien faire mariner la viande pour qu’elle s’imprègne des parfums des épices et notamment de la citronnelle.

 

Ma recette est un peu simplifiée par rapport à la recette traditionnelle, et j’ai comme d’habitude un peu modifié les aliments : j’ai notamment supprimé la sauce d’huitre et le nuoc mam car je ne suis vraiment pas fan de leurs goûts respectifs.

 

C’est une recette très simple à réaliser, le tout étant d’avoir sous la main tous les produits. Avec une jolie présentation c’est un plat qui impressionne toujours alors qu’il ne s’agit en réalité que d’une salade…

 

Ce qui est pratique avec des petits c’est que chacun compose son assiette avec les ingrédients à disposition . Nous avons donc eu un bobun quasi veg pour Louise et un bo bun très viande pour Maude !!

Bobun_2Bobun_4Bobun_7Bobun_8

 

Pour 4 personnes environ

 

400 grammes de boeuf très tendre (tende de tranche pour moi) 

6 nems

quelques feuilles de batavia croquantes

200 grammes de germes de soja

4 carottes

1 concombre

4 nids de vermicelles de riz

sauce à nems

coriandre et menthe fraiche

cacahouète hachée

 

Pour la marinade de la viande

1 oignon

1 gousse d’ail

1 cuillère à café de curry doux

1 bâton de citronnelle fraiche

3 cuillère à soupe de sauce soja (ou tamari)

2 cuillères à soupe de sauce yakitori (sauce sucrée pour marinade)

 

PREPARATION : 

 

Emincer très finement le boeuf en lanières.

 

Préparer la marinade : éplucher l’oignon et l’ail et les hacher, piler la citronnelle coupée en petits tronçons dans la sauce soja, incorporer l’oignon, l’ail, le curry, et la sauce teriyaki.

 

Mettre le boeuf à mariner au réfrigérateur 30 minutes environ.

 

Pendant ce temps préparer les vermicelles : faire bouillir une casserole d’eau, y plonger les nids pendant 5 minutes environ pour qu’ils se défassent, puis rafraichir les vermicelles dans de l’eau fraiche.

 

Laver, éplucher et râper les carottes et le concombre. 

 

Rincer la salade et les germes de soja.

 

Faire chauffer les nems au four.

 

Sur un grand plat disposer les crudités, et mettre les vermicelles.

 

Dans une poêle chaude, saisir le boeuf sans la marinade.

 

Couper les nems en morceaux et les disposer autour des vermicelles.

 

Mettre le boeuf chaud sur les vermicelles, parsemer de cacahouète hachée, et servir aussitôt accompagné de la sauce à nems.

 

Flan coco

Je me suis réveillée ce matin avec une envie de nourriture asiatique : au programme du dîner de ce soir bo bun et flan coco. Ce qui est génial c’est que toute la famille partage ma passion pour la nourriture asiatique, Louise et Maude étant largement en tête. Hier soir elles se sont d’ailleurs régalées de sushis (mais nous en reparlerons…).

 

Les recettes de flan coco contiennent souvent du lait concentré sucré qui est un produit totalement banni de ma cuisine d’une part car il contient du lait (c’est comme le port salut c’est écrit dessus) mais surtout car c’est un vrai crime diététique de gras et de sucre mélé. Une amie à moi m’a suggéré de le supprimer purement et simplement et c’est ce que j’ai essayé aujourd’hui.

 

Au final ce flan est un petit peu moins onctueux que du flan classique mais il est très parfumé et tout simplement délicieux. Recette validée (sauf par Maude qui a fait des grimaces) et donc partagée avec vous !

Flan_cocoFlan_coco5

 

Pour 4 personnes environ

40 centilitre de lait de coco

4 oeufs

4 cuillères à soupe de sucre

4 cuillères à soupe de farine de blé

30 grammes de noix de coco râpée

 

PREPARATION : 

 

Préchauffer le four à 210°C.

 

Porter doucement le lait de coco à ébullition. 

 

Pendant ce temps, battre les oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. 

 

Ajouter la farine et la noix de coco. 

 

Tout en battant, toujours au fouet à main, incorporer tout doucement le lait de coco chaud. 

 

Verser dans un plat à gratin.

 

Enfourner pour 20 minutes environ.

 

Servir tiède ou froid.

 

 

 

Tarte fine aux blettes et aux saumons

Ce midi, pour notre déjeuner je voulais faire manger aux filles des blettes. Or honnêtement ce n’est pas leur légumes préféré ! Je les ai donc cachées sous du saumon (qu’elles adorent !) et je les ai mises sur un intermédiaire entre une tartine et de la pizza…

 

J’avais vu sur la blogosphère il y a un certain temps cette pâte aux flocons d’avoine or comme il m’en restait un fond malgré les fournées de cookies je me suis lancée.

 

Il faut vraiment étaler finement la pâte pour qu’elle ne soit pas trop dure à la dégustation, mais le résultat nous a totalement convaincues. Cette tarte est beaucoup plus légère que les quiches habituelles où l’appareil est plus riche.

 

Je referai sans hésitation cette tarte fine en variant les garnitures. Pour les non allergiques je pense qu’avec des lamelles de fromage fondu cela doit être délicieux également !

Tarte_blettes_saumonTarte_blettes_saumon5

Pour 4 personnes environ

pour la pâte : 

125 grammes de farine de blé

60 grammes de flocons d’avoine

4 cuillères à soupe d’huile d’olive

un peu d’eau

 

pour la garniture :

1 kilogramme de blettes

4 tranches de saumon fumé

1 pavé de saumon frais

graines de courge

 

PREPARATION

 

Préchauffer le four à 180°C.

 

Mélanger la farine et les flocons d’avoine. 

 

Ajouter l’huile d’olive et mélanger du bout des doigts.

 

Ajouter un tout petit peu d’eau, de manière à former une boule de pâte homogène. 

 

Etaler finement au rouleau à pâtisserie sur une feuille de cuisson, et placer sur une plaque.

 

Laver et couper les blettes en tronçons. 

 

Faire blanchir pendant 30 minutes environ. 

 

Enfourner la pâte pour une dizaine de minutes, ce qui permettra de la précuire.

 

Egoutter soigneusement les blettes et les hacher.

 

Disposer les sur la pâte précuite. 

 

Recouvrir des dés de saumons frais et fumés 

 

Saupoudrer de graines de courge.

 

Saler légèrement.

 

Enfourner pour 30 minutes environ, ou jusqu’à ce que la pâte soit croquante.

 

 

Clafoutis aux griottes

Ce matin, après un week end ensoleillé qui aura été marqué par le premier bain de l’année pour les filles (il fallait bien avoir moins de 12 ans pour se baigner dans une eau à 17 °C!), en ouvrant mes volets j’ai eu une cruelle désillusion : un ciel bas, gris, et du crachin normand ! Un comble à Montpellier…

Pour fêter le premier jour des vacances, et surtout continuer mon vidage systématique des placards et du congélateur, j’ai confectionné pour le goûter des miss un clafoutis aux griottes. J’adore ce gâteau qui fait partie de mes madeleines de Proust (surtout celui de Fanfan dans son plat en aluminium rouge orangé avec les belles cerises du jardin de Bourg la Reine…). Le souci c’est que dans sa recette (qui est soigneusement notée dans mon carnet perso) il y a du lait et de la crème fraiche… 

 

En voici donc une version amande une fois de plus… rendue encore plus gourmande par l’ajout de mes fonds de paquets de poudre d’amande !

 

Ce clafoutis a fait le régal d’une bande de petites filles et de leurs mamans à l’heure du goûter. Il a disparu en cinq minutes environ… Je peux donc en déduire qu’il leur a plu ! Il était effectivement délicieux : le petit gout acidulé des griottes et la gourmandise de la poudre d’amande…

 

ClafoutisClafoutis2

Pour 8 personnes environ

1 kilogramme de griottes congelées

4 oeufs

100 grammes de farine de blé

100 grammes de sucre blond

3 cuillères à soupe de purée d’amande blanche

300 millilitres de lait d’amande

100 grammes environ de poudre d’amande

 

PREPARATION : 

 

Préchauffer le four à 180°C.

 

Battre les oeufs avec le sucre.

 

Toujours en battant, ajouter le reste des ingrédients (sauf les griottes).

 

Verser dans un plat à gratin et ajouter les griottes. 

 

Cuire environ 40 minutes.